Dans le cadre des commémorations de la Première Guerre Mondiale, notamment sur le front de Reims en 1917, deux classes de 3ème du collège Georges Braque ont pu, sur la proposition de Monsieur le Colonel Courot et de l’ASMAC, participer à un périple autour de la bataille du Mont Cornillet.
Accueillis sur les hauteurs des Faux de Verzy à l’observatoire du Mont Sinaï, les élèves ont pu comprendre l’intérêt de maîtriser les sommets même modestes sur un théâtre d’opération de plaine ainsi que les enjeux stratégiques de la prise du Mont Cornillet et plus généralement des monts de Champagne. Redescendus en plaine, ils sont arrivés au plus près des lignes allemandes au niveau du monument dédié « Aux héros et martyrs des offensives de 1917 », base de l’offensive française pour aborder ensuite le piémont du Mont Cornillet dans lequel les Allemands s’étaient puissamment retranchés et fortifiés. Ils ont ensuite pu se rendre sur l’emplacement du village détruit de Nauroy sur lequel des bénévoles oeuvrent à la restauration des ruines du village pour perpétuer le souvenir de ses habitants et montrer les destructions provoquées par une guerre industrielle. Pour finir ils se sont rendus dans le cimetière franco-allemand du Bois du Puits à Auberive, puis au cimetière russe de Saint Hilaire le Grand pour mesurer avec recueillement les souffrances et les sacrifices de soldats venus de parfois très loin pour mourir sur le sol de Champagne.
Deux élèves volontaires ont déposé une gerbe de fleurs au pied du monument avant de procéder à une minute de silence en mémoire de ceux qui sont tombés pour la France. Le Colonel Courot s’est ensuite adressé aux élèves pour insister sur la solennité du moment et les remercier de leur tenue et de leur grande curiosité. M. Morell a quant à lui remercié l’équipe de l’ASMAC à la fois pour l’organisation et pour les explications prodiguées tout au long des différentes étapes. Ce périple a été en effet un moment fort pour nos élèves, une belle expérience riche en enseignement, en découvertes et en mémoire.

Eric MORELL, professeur d’Histoire